À propos de l’ENT

Quelques éléments de réponse à des questions qui reviennent souvent lors du déploiement d’un ENT

Pourquoi est-il urgent de faire adopter la convention tripartite par le Conseil d’Administration de l’établissement ?

La signature de la convention tripartite permet d’utiliser les bases de données Sconet et Sts-web afin de constituer l’annuaire de l’ENT et de pouvoir être assuré de la conformité avec les dispositions prévues et encadrées par la CNIL. Une déclaration simplifiée auprès de la CNIL doit de plus être réalisée. Sans son annuaire construit sur ces bases légales, respectueuses en tout point des recommandations de la CNIL, l’ENT ne peut être mis en place.

Qui peut aider le chef d’établissement dans le pilotage de l’ENT ?

La Commission numérique, émanation du Conseil pédagogique, les administrateurs locaux (référents) de l’ENT et / ou le référent numérique de l’établissement sont les partenaires du chef d’établissement dans la conduite de l’ENT. L’outil académique label numérique éducatif permet d’avoir des repères pour faire avancer les projets.

L’ENT est intrusif dans la liberté pédagogique des professeurs, notamment avec le cahier de textes en ligne, les parents vont évaluer et montrer du doigt.


Les services de l’ENT ne remettent pas en cause le travail des enseignants
. La liaison et la communication avec les parents est améliorée. Chaque enseignant pourra faire passer des messages pour travailler en meilleure collaboration avec ses collègues, son équipe de direction et les parents.

Le cahier de textes en ligne – le nom même de cet outil devrait être revu et remplacé avantageusement par tableau de bord de l’enseignant – est un outil plus pédagogique avec des moyens d’information et de communication plus élaborées et plus individualisés que le cahier de textes papier. Ce dernier reste souvent peu accessible et/ou suivi. Il faut aussi rappeler que les applications et services inclus dans l’ENT ne sont accessibles et visibles qu’après s’être identifié et authentifié individuellement. Chaque élève ne peut voir que le cahier de texte de sa classe, chaque parent ne peut accéder qu’au cahier de texte de son ou de ses enfants et à aucun autre. Les comparaisons ne sont pas plus faciles qu’avec la version papier.

La messagerie de l’ENT va divulguer mon adresse email aux élèves et aux parents. Ils risquent de détourner l’usage de cette messagerie.

La messagerie a pour avantages de ne pas divulguer l’adresse email personnelle des enseignants aux parents et aux élèves et de s’appuyer sur les groupes créés via l’annuaire fédérateur pour pouvoir envoyer des mails facilement. Ainsi, un enseignant peut envoyer un mail à sa classe en effectuant une seule recherche sur le nom de sa classe.
L’annuaire « page blanche » permet de retrouver des personnes ou des groupes mais les règles de communication définissent les droits de chacun.

Je ne vais pas comprendre comment utiliser l’ENT. Je n’ai pas les compétences nécessaires.

L’usage de l’ENT va se faire progressivement, sera accompagné et des formations seront proposées au niveau académique, adaptées à chaque niveau.

L’ENT est une perte de temps. Cela va désorganiser l’établissement.

La mise en place de l’ENT va engendrer une période de transition, accompagnée. Une fois passés les premières formations et les premiers usages, l’ENT permettra d’améliorer l’organisation de l’établissement et de gagner du temps pour assurer d’autres tâches, souvent plus éducatives.

L’ENT ne modifie pas les abonnements et les choix d’applications pédagogiques : chaque établissement fait ses propres choix. Les abonnements et les applications payantes précédemment acquises par l’établissement, si elles sont connectées à l’ENT, restent à la charge de l’établissement comme auparavant. La différence est au niveau de l’accès simplifié et unifié, quand cela est possible, à ces applications.

Pourquoi utiliser les services d’un ENT plutôt lents et inconfortables alors que j’utilise déjà des services externalisés comme Dropbox très performants et pratiques ?

Dans un premier temps, beaucoup de ces services externalisés ne sont pas hébergés en France et n’offrent que peu de garanties sur la sauvegarde des données. Par ailleurs, ils génèrent des méta-données, à l’insu de l’utilisateur à partir de son historique de navigation et des contenus qu’il dépose.
Les services de l’ENT respectent la confidentialité de leurs usages et sont hébergés en France. Leur regroupement dans une interface, implique l’unicité de la connexion ce qui n’est pas le cas lors qu’on utilise plusieurs services de partages de documents, de blog, de forum etc.

Le déploiement de l’ENT va créer des tensions nouvelles, dans un contexte de réformes.

Comme tout changement, l’arrivée de l’ENT doit être accompagnée. La communication sur les atouts de l’ENT et le pilotage du déploiement doivent accompagner ce changement. L’ENT doit améliorer l’organisation de l’établissement, le travail des équipes et surtout les compétences et la réussite des élèves.

L’ENT va faire travailler « plus » et même en dehors de l’établissement et du temps scolaire.

L’évolution du travail de l’enseignant, avant, pendant et après la classe est soulevé par l’ENT. L’ENT doit être amené progressivement, « en douceur » afin de ménager les sensibilités et montrer les avantages du changement.

L’ENT améliore la communication et offre des services de mise à disposition de ressources. Les informations sont communiquées mais chaque usager y accède quand il le désire. L’ENT modifie les conditions d’enseignement « une classe, une heure, une salle » mais il peut améliorer les conditions de travail (mise à disposition de devoirs, de liens, de ressources, gain de temps dans la transmission des informations).

Il faudra se poser la question de la réponse institutionnelle au sein de l’établissement pour les cas de refus catégoriques d’une minorité d’individus.

Tous les usagers n’ont pas accès à internet.

Des ordinateurs en consultation peuvent être mis à disposition dans des lieux stratégiques de l’établissement.

L’ENT est accessible depuis d’autres lieux de la commune ou d’ailleurs ayant des accès gratuits (médiathèques, certaines gares …). Il faut cependant prendre en compte les réalités dépendantes des espaces liés aux établissements et réfléchir à des solutions adaptées : quelle est la proportion de personnes n’ayant pas d’accès à Internet ? Quelle est la proportions des usagers peu habitués ou volontaires ?

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)